Elise L'Heureux (Livernois), photographe et femme d'affaires (1827-1896)

Dernière mise à jour : 7 sept. 2021

PARTIE 1


Élise L’Heureux fonde, avec son mari Jules-Isaï Benoit de Livernois, en 1854 un atelier photographique dans la ville de Québec. A cette époque, la photographie se pratique sous plusieurs formes techniques en constante évolution. Elise L’Heureux se spécialise en daguerréotype.






C'est quoi le daguerréotype? C’est un procédé photographique mis au point par Nicéphore Niépce et Louis Daguerre en 1839. Il produit une image sans négatif sur une surface d'argent pur, polie comme un miroir, exposée directement à la lumière.


Bon, on en parle rarement, mais … Y’a des femmes qui ont contribué au développement des procédés photographiques:

  • Une scientifique écossaise nommée Elizabeth Fulhame a publié le résultat de ses recherches sur les composés photosensibles en 1794, An Essay on Combustion

  • Une scientifique chinoise nommée Huang Lu est connue pour avoir joué avec une sorte d'appareil photo au début des années 1800

  • Une peintre allemande nommée Friederike Wilhelmine von Wunsch a fait des portraits avec un matériau sensible à la lumière en 1839

Élise L’Heureux se spécialise en portraits daguerréotypes d'enfants et de familles mais n'hésite pas à explorer d'autres techniques comme en témoigne ce triptyque des vestiges de la basse-ville de Québec après le grand incendie de 1866 :

La suite bientôt!


Crédit photo :

1) Portrait cabinet d'Élise L'Heureux (Livernois), Musée de la civilisation, don d'Yves Beauregard [ca 1880]

2) Annonce, McLaughlin’s Quebec Directory, 1857-1858

3) Triptyque grand feu de Québec, Archives nationales du Canada [ca 1866]





22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout